· CURIOSITÉS ·
carre_txt

Séries limitées de 10 & 20 pièces
Carte blanche à Lyndie Dourthe – 2016


Les personnages hybrides conversant dans un boudoir, créés par Rachel Convers pour une collection de plateaux, ont été réinterprétés par Lyndie Dourthe.

Préparés comme des papillons dans des boîtes de collection, ils s’épanouissent dans ce nouvel environnement peuplé d’insectes piqués et de guirlandes de fleurs délicates en papier coloré.


LYNDIE DOURTHE

Un peu de botanique, un peu de vaudou, un peu d’anatomie et un zeste de superstition, l’atelier de Lyndie Dourthe est un cabinet de curiosités minuscules.

C’est une chineuse entêtée, une dénicheuse passionnée, une petite souris opiniâtre qui, dans le secret de son laboratoire de papiers et tissus légers, transforme tout en bijoux uniques et précieux. Elle emprunte aux naturalistes leur manie des séries : classés, triés, étiquetés et soigneusement conservés dans d’innombrables boîtes, ses petits trésors deviennent autant d’éléments d’une collection.

Mais Lyndie a aussi l’art de raconter des histoires : posséder un de ses bijoux, c’est avoir à portée de main un petit univers-talisman, un gri-gri qui parle d’imaginaire enfantin et d’anatomie avec une légèreté désarmante.

Grâce, douceur et sensualité font aussi partie de son langage. Coloriste hors-pair, elle extrait de la nature les nuances les plus délicates et les distille sur ses fleurs et ses bulbes. Fée des saisons, elle invente tout au long de l’année des plantes, des animaux, des hybrides et des germinations, issus de grimoires et d’expériences horticoles

LES MOTS DE L'AUTEUR

Pourquoi cette rencontre ?

Rachel : La séduction sur notre travail a toujours été mutuelle ! 

J’ai suivi Lyndie pendant des années avant de prendre contact avec elle.
Je possède d’ailleurs plusieurs de ses créations !

Lui proposer un projet de collaboration était une envie que je nourrissais depuis un moment, c’était aussi l’occasion de se connaître et d’échanger sur nos sources d’inspiration souvent communes.

Lyndie : J’ai tout de suite adhéré à cette idée de collaboration originale : revisiter, à ma manière, une partie de l’iconographie d’ibride.

Nous partageons avec Rachel la même sensibilité pour l’art pictural du 19e et j’ai naturellement choisi de travailler sur les personnages du Boudoir.

J’ai repris la forme médaillon de chaque portrait et j’y ai rajouté une touche ‘végétale’. A partir de leur main, naît une petite plante grimpante en papier découpé, qui vient s’enrouler autour de nos deux protagonistes et orner de petites boîtes à insectes dans lesquelles j’ai également épinglé des mouches et autres coléoptères. 

Enfin, fidèle à mon travail d’observatrice curieuse, j’ai étiqueté chacune des boîtes de 1 à 10. 

Chaque pièce se trouve ainsi enrichie d’une étrange nouvelle histoire…